Tarifs, Prix, Devis
pour le terrassement

Toutes les précautions à prendre avant de vous décider à acheter un terrain.

L’acquisition d’un terrain est généralement le premier pas à faire dans le grand projet de vie qu’est la construction de sa maison. Toutefois, lorsqu’il s’agit d’investir dans l’achat d’un terrain, il est prudent de ne pas céder à l’excitation, et de toujours garder un œil sur l’état des choses, sans se laisser aveugler par les belles paroles des vendeurs. Voici donc quelques précautions qu’il serait avisé de prendre en compte avant de se hasarder à acheter un terrain.

Première étape : comment trouver le terrain à acheter ?

Après avoir bien cerné le type de terrain qui vous convient le mieux, plusieurs options peuvent s’offrir à vous. Vous pourrez facilement trouver des offres de vente par voie de presse (petites annonces, revues spécialisées, etc.), dans des annonces sur le net, ou aussi grâce à l’aide d’intermédiaires (agences immobilières, mairies ou notaires, etc.).

Prenez garde aux prix affichés.

L’un des meilleurs conseils que nous pouvons vous donner avant de vous déplacer pour aller voir un terrain, est de toujours garder un œil sur les prix affichés dans les annonces. En effet, certaines d’entre elles, voire même la plupart, affichent des prix hors-taxes, pour faire croire à des prix moins élevés. Il vous faudra alors rajouter la taxe de raccordement aux réseaux (TRE) et la taxe locale d’équipement (TLE) pour obtenir le prix de vente réel. De plus, il est conseillé de vous informer sur les politiques des taxes foncières et des taxes d’habitation en vigueur dans la commune où se trouve le terrain.

Analyser les caractéristiques du terrain.

Prenez en compte les particularités suivantes, et répondez à ces questions avant de vous décider à acheter un terrain. Si vous ne pouvez pas obtenir de réponse, ne serait-ce que pour une seule question, il est sûrement préférable de chercher un autre terrain :

· L’appartenance à un lotissement :
Un terrain mis en vente peut être “lotis” (dans un lotissement) ou “isolé” (hors lotissement). Un terrain lotis offrira plusieurs avantages puisqu’il devrait être déjà borné et viabilisé. Cependant, vous n’aurez pas une liberté totale dans l’architecture de votre maison. Un terrain isolé vous procurera plus de liberté, ce qui vous obligera toutefois à prendre beaucoup plus de précautions.

· La viabilité :
Le terrain est-il facilement raccordable au gaz, à l’eau et à l’électricité ? Il vous faudra prendre garde aux terrains trop éloignés de toute infrastructure, car la facture des travaux de raccordement peut en être considérablement gonflée.

· La configuration :
Le terrain est-il facilement manœuvrable ou non ? Cette question prend toute son importance dans la perspective de l’utilisation d’un véhicule.

Renseignez-vous sur les règles d’urbanisme.

· Le plan local d’urbanisme :
Consultables auprès des mairies, le Plan Local d’Urbanisme (P.L.U.), ou encore le Plan d’Occupation des Sols (P.O.S.), vous informeront sur l’évolution future de l’environnement du terrain, ainsi que sur les règles de construction en vigueur dans la localité : conditions d’accès et voirie, de desserte des terrains par les réseaux publics (eau, électricité assainissement), et de réalisation d’un assainissement individuel s’il y a lieu (superficie minimale des terrains, etc.).

· Le certificat d’urbanisme :
Ce dernier vous informera sur les dispositions d’urbanisme et les limitations administratives relatives au droit de propriété, sur la liste des taxes et participations d’urbanisme applicables au terrain, ainsi que, le cas échéant, sur l’état des équipements publics existants ou prévus (uniquement en cas de demande de certificat d’urbanisme opérationnel). Il vous indique également si le bien est concerné ou non par un des droits de préemption.



Articles récents:

Artisanat:

artisanatlogo-300x123


Powered by Terrassier.net