Tarifs, Prix, Devis
pour le terrassement

Les différents types de fondations

Les différents types de fondations thumbnail

Les projets de construction d’une maison sont des projets qui tiennent toujours à cœur, étant donné qu’ils concrétisent, le plus souvent le rêve de toute une vie : bâtir et vivre dans la maison qu’on a toujours imaginé. Et tout commence par les fondations. Celles-ci sont conditionnées par la nature du terrain sur lequel on doit construire la maison. D’autre part, les fondations d’une maison sont entièrement dépendantes du type de construction choisie : la maison est de type traditionnel ou en ossature bois. Dans la pratique, une construction stable et sans défauts est le résultat de bonnes fondations. Il en va de la durée de vie du futur logement et de sa dangerosité. À la longue, la maison peut devenir inhabitable si elle comporte des fissures structurelles dangereuses, car alors elle peut même s’effondrer.

a

Les travaux préalables aux fondations

Il faut savoir que les fondations de maison ne constituent qu’une petite partie du chantier et de diverses phases de la construction d’une maison, qu’elle est traditionnelle ou une maison en bois et pourtant elles sont fondamentales. Avant de creuser les fondations de la future maison, il convient d’effectuer une analyse de sol en bonne et due forme. Une expertise du sol du terrain à bâtir, effectuée par un expert, permettra de déterminer et de valider la profondeur nécessaire des fondations. Ainsi, on peut être sûr d’une bonne répartition des charges sur des appuis entièrement stables. Selon le type de terrain, le montant de cette partie du chantier peut être très important. À titre d’exemple, pour des fondations de bâtiment sur un terrain en pente, il est nécessaire de chercher la roche pour ancrer solidement la maison.

L’intérêt d’une étude du sol

Selon le type du terrain, les fondations adoptent une profondeur moyenne de 60 centimètres, dans le cas d’un sol assez stable. La profondeur peut aussi amener à descendre plus pour ancrer les fondations dans un sol de meilleure qualité. Celui-ci doit être assez ferme pour servir d’appui au poids de la maison. L’étude des sols est primordiale, car elle conditionne la nature et le type des fondations à mettre en œuvre. Selon la région où on se trouve, la profondeur des fondations d’habitation peut être révisée à la hausse. Les principales causes sont l’altitude, les températures, le gel et le dégel. Le prix d’une étude de sol dépend du terrain et de la région dans laquelle le terrain se trouve. Cependant, il faut compter entre 800 et 2 000 euros en moyenne pour sa réalisation. Quant au prix moyen pour creuser des fondations de maison, il s’estime entre 80 et 200 euros HT le m3.

Les fondations de maison classées « superficielles »

Si le constructeur aborde le sujet de fondations superficielles, cela signifie que son terrain est de nature stable et que les fondations de maison n’ont point à descendre très bas. Cela veut aussi dire qu’elles n’impacteront pas beaucoup dans le coût du budget construction de départ. Pour le détailler, ce type de fondation implique que les charges de la future maison reposent sur une couche de sol sécuritaire à seulement une soixantaine de centimètres de la surface du sol. Ainsi, les fondations ne nécessitent pas du tout de renforts particuliers. Ce scénario est le plus simple et surtout le moins cher pour la construction d’une habitation. Les fondations superficielles peuvent être classées en trois types. Le premier est la « semelle filante» » qu’on retrouve sous les murs porteurs. Le deuxième est «« es semelles isolées » s’implantant sous les poteaux. Le dernier type est le radier qui est utilisé quand la contrainte admissible du sol ne peut pas supporter l’ouvrage.

Les fondations en semelle

La fondation en semelle filante est coulée à une profondeur hors gel. Elle est constituée d’une semelle qui est une sorte de poutre horizontale placée sur un béton de propreté en fond de fouille. Elle peut être armée ou non selon les contraintes que les charges font subir. Le calcul des charges est basé sur les caractéristiques mécaniques des sols. Ces dernières sont obtenues à partir d’essais de laboratoire ou in situ.

Les fondations en radier

Elles sont nécessaires quand la nature du terrain ne peut pas supporter les charges. Le radier comporte une plate-forme réalisée en béton armé. Celui-ci repose sur le fond de terrassement et posé sur un lit de pierre via un drainage mis en place dans le lit de pierre. Il permet de garantir toute infiltration et en même temps, d’évacuer les gaz telluriques. Pour améliorer les performances énergétiques, on peut opter pour une isolation posée sous le radier et en périphérie.

Les fondations en mini-pieux

Dans le cas d’un terrain de faible résistance, mais relativement homogène et quand la réalisation d’un radier est impossible, les fondations en mini-pieux sont la solution. En effet, le radier pourrait conduire à des tassements différentiels et générer des désordres importants. Cette intervention se caractérise par son aspect onéreux.

Les fondations semi-profondes et profondes

Les fondations semi-profondes descendent de 2 à 5 mètres. Cette profondeur est nécessaire pour pouvoir trouver à l’intérieur des sous-couches, un sol de qualité suffisante pour assurer une stabilité optimale à l’édifice. Les fondations profondes, quant à elles, vont au-delà de 6 ou 7 mètres. Les procédés sont de l’ordre technique. Les fondations peuvent s’implanter aussi dans le sol dur à 10 ou 12 mètres, requérant l’usage des pieux. Si le sol dur est trop profond, on peut répartir la charge sur des pieux qui assureront à travers leur diamètre et leur longueur, la base stable de la future habitation.

Les composantes des fondations semi-profondes

Les fondations semi-profondes sont constituées de béton armé. Celui-ci permet de transmettre les charges d’une structure, dans une profondeur de 3 à 6 mètres. Elles sont préconisées pour une extension ou une habitation à niveau unique, par-dessus un terrain cohérent dans sa surface. Lors de sa réalisation, les ouvriers placent les longrines au-dessous des plots pour servir d’appui au poids des parois. Ce sont des poutres horizontales préalablement fabriquées et qui se fixent dans des sols stables et profonds. Les fondations semi-profondes sont requises dans un sol stable en faible profondeur. Elles sont faciles à mettre à œuvre et peuvent combattre efficacement le phénomène de gel et dégel des sols. Il est également possible d’user de ce type de fondations dans les cas de rénovations ou d’extensions d’habitations.

La réalisation de fondations profondes

Les structures les plus recourues en fondations profondes sont les fondations en pieux ainsi que les parois moulées. Les pieux peuvent être battus, forcés ou forés avec un refoulement du sol ou non. Les parois moulées sont utilisées dans la construction de parking souterrain ou les cas de tranchées couvertes. À cet effet, elles jouent le rôle de parois de soutènement. Les autres techniques de fondation profonde sont les micropieux ou la palplanche quand les travaux de construction doivent supporter des pressions hydrostatiques. Cela peut être aussi un besoin de cuvelage pour assurer une étanchéité à l’eau.

Dans la pratique, les fondations profondes sont employées quand le sol est situé en extrême profondeur. Les cas les plus récurrents sont les sols marécageux, les terres rapportées, etc. Les techniques énoncées précédemment sont utiles pour stabiliser les fondations profondes.



Articles récents:

Artisanat:

artisanatlogo-300x123


Powered by Terrassier.net